Soustraire est un travail de recherche en design sur les pratiques soustractives appliquées à la matière, aux objets et aux usages.
Ce travail ne propose pas un retour en arrière mais cherche à éplucher des modes de vie dominants qui se saturent inlassablement d’objets et de matière et provoquent l’épuisement. Il vise aussi à établir la soustraction comme un outil permettant de produire des réponses valables.

MAISON SOUSTRAIRE

19.10 > 13.12.2020 RUE NEYRON - SAINT-ÉTIENNE

Maison Soustraire s’appuie sur l’hypothèse d’une réalité toute proche dans laquelle la baisse des moyens matériels transformerait nos environnements domestiques et les objets qui les composent. Cette possibilité m’a conduite à tester les restes et traces d’un mode de vie actuel comme de nouvelles formes praticables.

Vue salle de bain, fin du projet expérimental, février 2021.

«La notion de soustraction me travaille et je travaille Soustraire en tant que designer depuis quelques années. Grâce à l’invitation du Deep design lab du pôle recherche de la Cité du Design à Saint-Etienne et au soutien de l’Ecole Urbaine de Lyon, j’ai expérimenté Maison Soustraire d’octobre à décembre 2020. 8 semaines pour retirer 2/3 de la matière des 112 objets qui constituaient mon lieu de vie – un appartement de la rue Neyron à Saint-Etienne.

Cela, pour disséquer un à un, les objets qu’une société contemporaine occidentale propose et questionner un mode de vie qui se construit sans doute autour de ceux-ci. J’ai habité les différentes réalités matérielles successives de cet environnement domestique en ruine. Mon chien s’est joint à moi, je faisais usage de 109 objets et lui de 3.»

Mathilde Pellé

La phase expérimentale du projet Maison Soustraire est terminée. La matière documentaire, les objets, les images, séquences, textes, sons et ressentis produits sont des témoins de cette expérience mais aussi une matière singulière qui doit encore être sondée et travaillée. Un film, des pièces à exposer, des articles sont en cours d’élaboration.